Erato, de la chaîne à la plage !

6 ans ! 6 longues années à attendre et voilà : Notre bel Erato a enfin trouvé sa famille de cœur et quelle famille ! C’est de … Cherbourg que débarquent Vaëa et Arnaud pour les beaux yeux de notre blondinet vieillissant.

Dimanche, première rencontre. Si notre Erato (Toto pour les intimes!) a aboyé un peu (eh, j’ai une réputation à tenir !), il n’a pas mis huit jours à comprendre qu’il se tramait quelque chose. Mais le coup de foudre de nos « nordistes » a bel et bien été réciproque.

Première approche...

Première approche…

Et voilà, tout le monde pleure !

Et voilà, tout le monde pleure !

Pour les aider à se remettre de leur voyage et de leurs émotions, deux généreux bénévoles, (coucou Chantal et Jean-Michel!) ont offert aux voyageurs une bonne nuit de repos chez eux.

Et le jour du départ arrive. Ce matin, en voiture Simone, direction la mer ! Toto est monté bien vite dans la voiture, confortablement installé sur la couette que Théa, la petite fille du couple restée à la maison, a souhaité offrir à Erato pour son voyage (on vous dit que c’est une famille formidable!)

60006841_2747792048570169_5822023659459444736_n

Merci Théa, top confort !

60327129_2747791951903512_3104410826929340416_o

Erato, entouré de l’affection de sa nouvelle famille.

Erato l’a attendu longtemps, sa famille, mais il a trouvé la perle rare. Après des maîtres indignes, l’attache, les négligences puis la solitude au refuge, il a bien mérité sa revanche sur la vie. Il va découvrir la mer, la vie de famille, lui qui était si désespéré qu’il essayait de monter dans toutes les voitures qu’il croisait. Finies les heures tristes dans le mistral !

Si les refuges vous font parfois désespérer des humains, aujourd’hui Vaëa et Arnaud nous ont fait oublier, par leur gentillesse, leur émotion, leur affection, les tristes sires que l’on peut y rencontrer. Allez, Toto, sois heureux, oublie-nous vite et vis le rêve auquel tu ne croyais plus.

60121048_2747792265236814_8726734042021494784_o

Bon, c’est bien gentil les mondanités, mais on a de la route à faire, là…

Salut grand clown, tu vas nous manquer, à Christine , à Guilaine et à tous les autres, mais tu vas être si heureux !

Salut, grand clown, tu vas nous manquer, à Christine , à Guilaine et à tous les autres, mais tu vas être si heureux !

Ce contenu a été publié dans DES MUSEAUX A LA UNE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.